Catégories
Actualité

Le président-candidat entend dynamiter les statuts et l’Ecole publique !

Macron a présenté son projet de privatisation et de destruction de l’enseignement public, voulant remplacer les fonctionnaires par des contractuels, et renforçant l’autonomie locale des écoles et des
établissements.

Macron veut généraliser l’expérimentation marseillaise

Dans la droite ligne de la loi Rilhac qui fait du directeur d’école un supérieur hiérarchique, Macron souhaite que les directeurs aient la possibilité de choisir leur équipe et de « récuser des profils. »

Les enseignants seraient donc recrutés localement sur la base de « projets éducatifs » spécifiques en fonction des groupes de pression divers présents dans les quartiers, et au détriment de l’égalité des
droits des élèves à une même instruction garantie par des personnels protégés par leur Statut de fonctionnaire d’Etat. « On a des leviers, des crédits et on donne la liberté aux acteurs locaux. Nos élus y joueront un rôle », ajoute le président-candidat.

Il s’agit bien de généraliser, comme annoncé, les écoles-laboratoires marseillaises, et d’aggraver toutes les mesures de territorialisation prises par les gouvernements successifs, et contre lesquelles les personnels résistent toujours et qui se traduisent toujours par des suppressions de classes et de postes.

La mobilisation historique du 13 janvier a exprimé un puissant mouvement de colère des personnels de toutes catégories contre le chaos organisé par le gouvernement Macron-Blanquer. Les grévistes,
largement soutenus par les parents, ont opposé leurs revendications urgentes : pour des créations massives de postes statutaires, l’augmentation significative de tous les salaires, le respect des missions, l’arrêt du flicage permanent par les évaluations et les formations imposées, le rétablissement d’un baccalauréat national,… Et que propose Macron ?

Macron propose d’en finir avec les statuts, pour généraliser le salaire « au mérite »

S’il est réélu, Macron proposera des contrats aux enseignants avec une rémunération au mérite, sous la surveillance des parents qui auront les évaluations de chaque classe. « On vous demande de nouvelles missions qu’on est prêts à mieux payer comme le remplacement des profs absents, ça doit être une obligation, le suivi individualisé des élèves, l’accompagnement sur le temps périscolaire. »

« Toutes les nouvelles embauches sont sur la base de ces nouveaux contrats. » Alors que les personnels ont perdu plus de 20% de leur pouvoir d’achat, et que le point d’indice a été gelé pendant toute la durée du quinquennat, Macron conditionne l’augmentation des rémunérations à des tâches supplémentaires sous la férule des élus locaux.

Lire la suite du communiqué :

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com