Catégories
Actualité nationale Instances nationales

Comité technique ministériel : notre déclaration et notre compte-rendu (prime d’attractivité et oral de titularisation)

Une fois de plus, une instance paritaire s’est tenue à distance par visio conférence. FO ne cesse de condamner ces pratiques alors que tous les collègues sont en classe dans des classes surchargées. Notre secrétaire général Yves Veyrier a saisi le Premier Ministre.

Vous trouverez ci-dessous notre compte-rendu de la séance ainsi que l’arrêté concernant la prime d’attractivité qui entrera en vigueur à compter du 1er mai 2021.

Seul point soumis au vote : la prime d’attractivité pour une partie des personnels enseignants, d’éducation et PSYEN : Aucune voix POUR !

L’ensemble des organisations syndicales se sont abstenues (FO, FSU, CGT, UNSA, CFDT, SNALC) sur le projet de décret.

Intervention de FO :
Ces miettes de primes n’ont rien à voir avec une revalorisation.
Vous reprenez à peu de chose près, la pseudo-revalorisation présentée en début d’année 2020 qui, rappelons-le, se situait dans le cadre du projet de réformes des retraites, toujours prête à sortir du carton du gouvernement, et toujours rejetée par les salariés.
Vous avez échafaudé depuis votre Grenelle de l’Education, un vaste chantier de refondation des statuts par la redéfinition des missions de chacun, le management par la RH de proximité s’inspirant des méthodes du privé, et la contractualisation des établissements. Ces mesures vont se traduire par davantage de pressions sur les personnels et une déréglementation statutaire sans précédent, le tout avec un point d’indice toujours gelé.

En outre, la note du ministre délégué chargé des comptes publics, en date du 4 février 2021, indiquant les hypothèses de travail pour le PLF2022 – c’est-à-dire le gel de la valeur du point d’indice ; la limitation des enveloppes catégorielles – enlève tout crédit à la communication de votre
ministère concernant un plan de revalorisation à plus ou moins long terme.

La FNEC FP-FO, avec la FGF-FO, est attachée à la grille indiciaire unique de la Fonction publique dans laquelle sont classés l’ensemble des corps, grades et cadres d’emplois par catégories et s’oppose à toute tentative de casser cette unité. Par ailleurs, le gel du point d’indice a entraîné une dégradation importante du pouvoir d’achat de l’ensemble des personnels et une paupérisation d’une partie d’entre eux.