Catégories
Actualité départementale

Réunion avec la ville de Strasbourg : compte-rendu du Snudi-FO

Ce mardi 15 décembre TURAN Hülliya adjointe à la ville en charge de l’éducation organisait à nouveau une réunion inter-partenariale.

Le Snudi-FO y a participé ainsi que 23 autres partenaires (fédération de parents d’élèves, membres de l’administration, organisation syndicales enseignants et agents de la ville).

GIUNTA Régis, chef du service périscolaire et éducatif Région de Strasbourg, présente les 4 services dédiés à l’enfance de la ville. Service inscription, le Service famille petite enfance et le Service du patrimoine (qui gère les bâtiments) enfin le Service périscolaire et éducatif

L’ensemble de ces services compte 1400 statutaires et 1000 vacataires en personnel.

M. Giunta rappelle également le rôle du RTS (responsable technique de site) Celui-ci veille à faire en sorte que le patrimoine (entretien et maintenance) soit opérationnel, pour accueillir les enfants.

Le RPS (responsable périscolaire) s’occupe de la restauration scolaire, des activités périscolaires et des ATSEM maternelle. C’est lui qui assure les liens entre les familles, le périscolaire et la ville en général.

Propreté des écoles :  La ville va réaliser un audit sur l’externalisation du nettoyage et celui réalisé par les agents sur site pour le début de l’année 2021.

En fonction des résultats de ce moratoire, elle prévoit de restructurer le service nettoyage des écoles.

Le Snudi-FO demande à la ville afin que ce moratoire soit le plus juste possible de remplacer les personnels de nettoyage absents dans les écoles afin de renforcer les équipes sur site afin qu’elles puissent faire face à la charge de travail supplémentaire due au protocole sanitaire, M. Giunta s’y engage.

Le Snudi-FO interpelle la ville sur la présence des nuisibles dans les écoles (rats, cafards…) M. Giunta et Mme TURAN semblent découvrir le problème et invitent les écoles à se signaler directement par mail à M. Giunta.

ATSEMS dans les écoles maternelles :

Mme TURAN reconnaît le travail et l’importance des ATSEM

C’est une vraie volonté politique de mettre une ATSEM par classe. Depuis le mois d’octobre, la ville a enclenché le dispositif « une ATSEM par classe ».

Sont prioritaires les tout-petits et petits mais également les classes mixtes composées à 50% de petits en rep +. Il y a actuellement 350 ATSEM et 36 volantes, pour 395 classes maternelles, 15 postes supplémentaires vont être créés dès janvier 2021.

Service inscription : Le directeur d’école est confronté à deux administrations pour les inscriptions : il y a une double tâche car il faut rentrer manuellement dans ONDE chaque inscription alors que la ville fait de même sur CONCERTO. Il a été demandé si l’outil de la ville CONCERTO qui gère les inscriptions scolaires ne pouvait pas prendre en compte ONDE celui de l’éducation nationale afin que la mise à jour des inscriptions soit interfacée en temps réel.  La ville répond que le même outil n’est pas envisageable car chaque administration a ses propres contraintes.

Remarque FO : c’est encore une fois aux directeurs d’écoles de palier les manques de concertation entre administrations…

Carte scolaire :   Pourquoi lors de la carte scolaire, les effectifs annoncés par la ville sont-ils différents de ceux annoncés par l’éducation nationale ? La ville répond qu’elle prend en compte tous les services de l’enfance y compris la petite enfance (crèches, haltes garderie) donc les chiffres sont plus précis. Le Snudi-FO rappellera cette information à la DSDEN lors des prochains CTSD.

La sectorisation de la ville de Strasbourg va évoluer notamment dans certains quartiers en raison des constructions et de l’évolution des populations accueillies.

La sectorisation structurante élargie sera votée en conseil municipal.

Cantine : Suite à l’appel de la ville dans lequel elle demandait aux parents qui le peuvent de garder leur enfant à la maison pour la pause méridienne, la ville a constaté une baisse d’effectifs d’à peine 10%. La FCPE explique que plus de parents pourraient faire manger les enfants s’ils n’avaient pas à « bloquer » 2h (voir un peu plus avec le trajet) dans leur journée.  Elle demande si la ville peut mettre en place un tarif « temps de pause » sans restauration pour 30-45min de garde qui serait un bon compromis… M.  Giunta semble dire que cela ne serait pas possible pour des raisons de recrutement de personnels et de difficultés de facturation.

Plan numérique :  Le Snudi-FO interpelle la ville sur l’équipement informatique dans les écoles de la ville. Mme TURAN reconnait qu’il y a un retard à ce niveau sur Strasbourg.  

A partir de janvier prochain, un diagnostic pour les moyens informatiques dans les écoles sera fait, les préconisations seront présentées en juin. Mme TURAN souhaite accélérer car il y a une fracture numérique importante dans la ville de Strasbourg.

Mme TURAN propose une réunion par mois à partir du mois de janvier.

Le Snudi-FO salue les efforts de la ville dans sa volonté de communiquer avec l’ensemble de la communauté éducative mais il reste beaucoup à faire dans les nombreux dossiers restés en souffrance depuis de trop longues années.