Catégories
Instances nationales

Groupe de travail ministériel du 4 février : « Amélioration du Fonctionnement des collectifs pédagogiques »

En préalable, le SNUDI-FO a rappelé :


– sa revendication de retrait de la réforme des retraites et de l’appel à la grève interprofessionnelle du 6 février.
– son exigence d’abandon des poursuites, convocations au commissariat et/ou menaces qui pèsent ou existent à l’encontre des lycéens, des étudiants et des militants dont notre camarade du SNFOLC de Clermont Ferrand suite aux mobilisations contre la mise en place des E3C et pour la défense d’un BAC national. FO a rappelé qu’une demande d’audience sur ce point avait été transmise au Ministre sans réponses pour l’instant.
– l’émoi et la colère qu’a suscités le suicide de notre collègue Christine Renon. FO a appris que la DSDEN avait retiré un jour de salaire aux collègues venus lui rendre hommage le matin pour les plus proches aux obsèques et l’après-midi à la DSDEN avec les revendications de la profession le 03/10/19 à Pantin. FO, de façon solennelle, a exigé la restitution immédiate des sommes prélevées aux collègues de Seine St Denis.


FO a rappelé que malgré nos relances, les réponses aux revendications des collègues PE ayant une mission de direction restent en suspens :
– Quid de l’augmentation du temps de décharge et du respect des décharges notamment des petites écoles
– Quid de la création d’une aide administrative
– Quid d’une réelle augmentation indiciaire
– Quid de la diminution des tâches administratives


Tout au long de la discussion, FO est revenu sur le fait qu’il ne fallait pas cloisonner la question de la direction aux seuls directeurs, et que les personnels ne revendiquent ni un statut de supérieur hiérarchique, ni un quelconque statut administratif de l’école.
FO a demandé que le ministère se positionne pendant le Groupe de Travail pour couper court au débat (en s’appuyant sur les résultats du questionnaire), ce qu’il n’a pas fait.
FO n’a obtenu aucune réponse. Des pistes de réflexion et de travail apparaissent au niveau de l’orientation du Ministère : renforcer la politique de l’école inclusive, former les directeurs au « management » de l’équipe pédagogique, augmenter le travail avec école/collège, élémentaire/maternelle (notamment en imaginant un document de suivi des élèves
à élaborer).

FO y a opposé ces revendications sur la base de son mandat.

Au niveau des PPMS : le « chantier » avance selon le ministère. Nous avons rappelé qu’il pouvait être simple de dégager les directeurs de cette responsabilité (la sécurité des écoles est de la responsabilité de la mairie dans le cadre des PCS), et que c’est une revendication que FO porte depuis des années !


Concernant les PPS, PAI, PPRE et PAP : l’administration travaille avec les établissements médico-sociaux pour améliorer leur « coopération » avec les écoles. Un décret est en cours d’écriture.
Sur la question de la formation, il n’y aura aucun changement des animations pédagogiques Français/mathématiques pour l’année 2020-2021, mais des réflexions pour l’année 2021-2022 pour rouvrir ces animations pédagogiques à d’autres matières ou d’autres projets.


FO a exigé qu’une véritable formation sur le temps de travail soit rétablie avec des stages de 1 à 3 semaines sur les 36 semaines pour les collègues volontaires, et une liberté de choix sur les animations pédagogiques.


FO a insisté sur le rétablissement d’un rythme unique de 4 jours sur 36 semaines pour toutes les écoles afin de séparer le scolaire et le péri-scolaire (utilisation des locaux, pression lors des conseils d’école…), et l’indispensable soutien de l’administration en protection des personnels contre l’ingérence de certaines mairies, de parents vindicatifs et/ou agressifs.


FO revendique encore l’abandon de PPCR et les dispositions « d’accompagnement » des enseignants qui les stigmatisent et les infantilisent, en plus du caractère arbitraire et injuste de l’évaluation.


Enfin FO a rappelé que « l’amélioration du fonctionnement des collectifs pédagogiques » (sujet de la réunion) reposait sur une augmentation significative en termes d’augmentation de postes de remplaçants, de postes spécialisés et de RASED, et de postes médico-sociaux au sein des écoles…et cela immédiatement !