Catégories
Actualité Instances départementales

CTSD de rentrée du 2 septembre : Questions / Réponses

Ce CTSD aura permis d’aborder plusieurs points d’actualité. Le sujet des évaluations d’écoles sera abordé lundi 5 septembre lors d’une audience dédiée suite à l’alerte sociale déposée par le Snudi-FO et les autres OS du département.

Où en est le recrutement des AESH ?

DASEN : 90% des enfants notifiés sont accompagnés d’un AESH. Nous sommes en train de recruter 100 AESH de plus. Etant donné les faibles quotités de travail et la précarisation des AESH, nous travaillons avec certaines communes pour que les AESH puissent travailler en périscolaire.

FO : Ce cumul d’emploi ne fait pas partie de nos revendications. Si effectivement, des AESH utilisent cette alternative pour gagner un peu plus, notre fédération réclame un vrai statut et un salaire à temps plein pour tous les AESH. Ils sont plus de 1500 sur le département et sont membre à part entière de la communauté éducative. Les AESH deviennent un vrai corps et méritent la rémunération qui en découle. Or, les PIAL ont dégradé les conditions de travail de ces collègues qui ont l’ impression d’être des pions, il leur faut toujours attendre six ans pour être CDIsé, …

Certains AESH ont perdu des heures de travail lors de leur renouvellement de contrat à la rentrée. Quelle en est la raison ?

Secrétaire Générale : Nous n’avons pas pour intention de diminuer les quotités de travail des AESH. Les personnes concernées peuvent nous le faire remonter et nous étudierons leur situation.

Combien y a-t-il de master alternants ?

DASEN : Il y a 87 postes pour le Bas-Rhin dans le 1er degré.

Combien y a-t-il de contractuels à la rentrée 2022 ?

DASEN : Nous avons recruté 15 contractuels dans le monolingue. Il y a aussi 36 contractuels bilingues dans le département.

A cela s’ajoutent les 23 candidats recrutés sur liste complémentaire pour le Bas-Rhin. Les listes complémentaires ont été affectés avant les contractuels et en fonction de leur statut (mi-temps ou temps plein)

11 contractuels dans l’ASH ont déjà été renouvelés et 2 contractuels qui s’occupent d’une UPE2A.

Combien de ruptures conventionnelles ont été acceptées l’an passé ?

DASEN : Sur les 23 demandes déposées, 3 ont été acceptées. Les 20 demandes non accordées avaient un projet qui n’était pas abouti.

Notez également que sur les 77 demandes d’Ineat déposées, 10 ont été acceptées. Sur les 8 exeat déposés, 5 ont été acceptés.

Qu’en est-il de la 3e augmentation de la prime rep + (part variable) ? Dans certains départements elle avait été versée en février dernier. On nous l’avait promis en août mais nous sommes toujours dans l’attente.

Secrétaire Générale : Nos services n’ont aucune directive. Nous n’avons pas de réponse pour le moment.

Quel est l’état du remplacement dans le département à l’heure actuelle ?

DASEN : Nous avons  383.75 ETP (équivalent temps plein) disponibles (car 400 postes de remplaçants mais temps partiels) et il faut y retirer les 48 postes dédiés au remplacement de la formation.

Comment allez-vous procéder pour que tous les directeurs soient déchargés cette année ? Un rattrapage est-il envisagé pour les directeurs qui n’ont pas eu le compte des décharges l’an passé ?

DASEN : Nous avons fléché des postes de remplaçants pour assurer ces décharges et les tenir cette année. Les IEN vont mobiliser tous les interstices possibles dans le cadre de la formation dès le début d’année pour rattraper les manques de l’an passé. 92 journées n’ont pas été prises l’an passé donc depuis hier, les IEN ont mobilisé des remplaçants pour permettre de rattraper ces jours.

Avez-vous des informations à nous communiquer concernant le PPMS et le rôle des directeurs ?

Secrétaire Générale : Le PPMS ne revient plus au directeur depuis la Loi Rilhac mais le décret spécifique n’est toujours pas publié. Dans la Loi est utilisé le terme « autorité académique » mais il n’est pas défini précisément dons pour l’instant, nous ne savons pas encore comment le mettre en œuvre. Il faudra attendre plus d’éléments.

DASEN : Seriez-vous d’accord, pour faciliter la mise en œuvre des PPMS que nous convenions que c’est aux directeurs de faire remonter certains éléments comme des listes d’élèves par exemple ?

FO : Notre organisation peut d’ores et déjà vous répondre qu’elle s’opposera à toute nouvelle charge de travail imposée aux directeurs et passera les consignes en ce sens.

Au contraire, c’est une simplification et un allègement des tâches qui est demandée pour ces directeurs qui sont déjà sollicités plus que de raison. La solution est simple : recruter des agents administratifs afin de répartir le travail des agents déjà en postes qui croulent sous les dossiers de gestion des personnels et ces nouveaux administratifs pourraient prendre en main le dossier PPMS en prime.

Pourquoi les tableaux d’avancement à la Hors classe et à la Classe exceptionnelle n’étaient pas encore parus ce matin alors que ceux du secondaire le sont déjà sur le site du Rectorat ?

Secrétaire Générale : Les tableaux pour la Hors classe sont parus en fin de matinée. Ceux de la Classe exceptionnelle sont toujours à l’étude. Cela ne devrait pas tarder.

FO : Le problème d’un examen tardif est qu’il empêche des prolongations de carrière ou des annulations de demandes de départ à la retraite. Les collègues partis en retraite au 1er septembre 2022 auraient eu besoin de cette information pour être sûrs d’avoir fait le bon choix : prendre la retraite ou revenir sur leur demande et travailler un an de plus pour atteindre la hors classe.

FO : Dans leurs notes de service, certains IEN rappellent les obligations de service des PE en précisant qu’ils doivent 24h devant élèves + les fameuses 108h. Certains écrivent que s’ajoutent à ces heures : la journée de pré-rentrée et la journée de solidarité (soit) mais aussi « 6h de formation et réflexion » en dehors donc des 108h. Le snudi-FO s’oppose à ce genre de procédés. Si une formation doit être effectuée, celle-ci s’inscrit nécessairement dans les obligations de service des professeurs des écoles. Ces six heures doivent donc être déduites de l’enveloppe des 108 heures annuelles. Le travail gratuit et le bénévolat ne figurent ni dans notre statut ni dans les décrets définissant nos obligations de service !

Pas de réponse claire de la part de l’administration.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com