Catégories
Actualité départementale Actualité nationale

Manque de remplaçants : le ministre fait le choix du chaos !

Dans sa lettre ouverte au ministre Blanquer le 8 décembre, le SNUDI-FO indiquait « La situation devient intenable partout. Le non-remplacement est désormais la norme et touche souvent plusieurs classes au sein d’une même école. Dans certains départements, les mairies mettent en place le service minimum d’accueil normalement prévu en période de grève ; ailleurs des IA-DASEN sont contraints de faire appel à des retraités pour assurer des remplacements ! Cette école n’est plus l’Ecole. »

De nombreux syndicats départementaux font en effet remonter une situation catastrophique au niveau du remplacement des personnels absents :
– Dans l’Hérault, l’enquête du SNUDI-FO 34 démontre que depuis le 29 novembre, ce sont au moins 267 journées d’absence qui n’ont pas été remplacées !
– Dans l’Eure, une enquête intersyndicale SNUDI-FO 27, SNUipp-FSU 27, SE-UNSA 27 indique que, pour la seule journée du 30 novembre, on dénombrait 55 classes non remplacées et 1086 élèves sans enseignants !

– Dans le Puy-de-Dôme, l’IA-DASEN est contraint d’avouer que pour la journée du 10 décembre, ce sont 85 classes qui n’étaient pas remplacées !
– Dans le département du Bas-Rhin, le collectif Education 67 qui regroupe toutes les organisations syndicales et les parents d’élèves a repris du service pour exiger des moyens tout de suite !

– Des formations REP+, des journées de décharge de direction, pourtant règlementaires, ne sont plus assurées !
– Liste non exhaustive !

Le non-remplacement est devenu la norme, le remplacement l’exception…. Cette situation ne peut plus durer !

Et pendant ce temps, comme si de rien n’était, les IA-DASEN continuent de mobiliser des remplaçants pour les formations « en constellations » dispositifs d’auto-évaluation et d’auto-formation rejetés par les personnels… signe de la volonté ministérielle d’appliquer coûte que coûte ses contre-réformes !

Aujourd’hui, si les classes ferment, si les conditions de travail des personnels se dégradent, si l’instruction des élèves est remise en cause, c’est beaucoup plus du fait du manque de postes et de personnels que de l’épidémie !

Les recteurs et les IA-DASEN, représentants du ministre, pourraient d’ailleurs recruter en tant que fonctionnaires la totalité des candidats aux concours inscrits sur les listes complémentaires. Ils pourraient réunir les jurys de manière à réabonder celles-ci… Ils ne le font pas…

Le ministre et ses représentants font donc le choix du chaos.

Le SNUDI-FO pour sa part continuera de porter inlassablement jusqu’aux vacances et dès la rentrée de janvier les revendications des personnels en audience auprès des IA-DASEN, auprès du ministre.
Le SNUDI-FO rappelle que la FNEC FP-FO a déposé un préavis de grève courant jusqu’aux vacances et en déposera
un nouveau dès la rentrée scolaire.