Catégories
Actualité départementale

Nouveau protocole allégé : Une désorganisation et une remise en cause de nos droits !

Depuis le 29 novembre « La règle de la fermeture de la classe pour une durée de 7 jours dès le premier cas positif ne s’appliquera plus à l’école primaire à compter de la semaine du 29 novembre : les élèves présentant un test négatif dans les 24h pourront continuer à aller en classe. »

De très nombreuses écoles font remonter les conséquences calamiteuses de ce 43ème protocole sanitaire qui rend les conditions de travail des personnels et le fonctionnement des écoles totalement intenables.

Voici quelques exemples :
- Les élèves viennent ou repartent de l’école au gré des résultats des tests COVID en fonction de la disponibilité des parents à n’importe quel moment de la journée ;
- Le retour des élèves s’effectue au compte-goutte sur présentation d’un test négatif réalisé immédiatement après le dernier contact avec l’élève positif, sans prendre en compte le temps d’incubation du virus ;
- En cas d’annonce de résultat positif d’un élève présent en classe, les enseignants se retrouvent à ne plus pouvoir faire classe pour devoir appeler tous les parents afin de leur demander de venir chercher leur enfant au plus vite pour le faire tester ; …

Ainsi, les enseignants subissent une pression considérable pour assurer à la fois l’enseignement en présentiel et la continuité pédagogique pour tous les élèves absents.
Dans de nombreuses classes le chaos est permanent : un morceau de classe est en présentiel et un autre à la maison. Impossible dans ces conditions de pouvoir aborder de nouvelles notions, de pouvoir évaluer les élèves… Impossible de pouvoir véritablement enseigner !

Ainsi, comment sera assurée la continuité pédagogique pour les élèves en isolement suite à un test positif ? Rappelons que l’arrêté du 6 avril 2018 stipule que les enseignants ne sont pas éligibles au télétravail !

Vous avez le droit de refuser la mise en place d’un enseignement « hybride » qui ne pourrait se faire qu’au détriment de vos conditions de travail, de votre vie privée et en dehors des obligations réglementaires de service !
Le SNUDI-FO 67 accompagnera les collègues ou les écoles qui subissent des pressions pour mettre en place un enseignement « hybride », ou pour accueillir les élèves des enseignants non remplacés.

Mobilisés par la gestion des cas COVID, les directeurs sont en première ligne face au mécontentement légitime des parents qui doivent quitter leur emploi pour récupérer leur enfant en cours de journée, le faire tester, le remettre à l’école pour être appelé le lendemain ou le surlendemain suite à un nouveau cas positif…

Le SNUDI-FO 67 revendique le respect des obligations réglementaires de service et du statut des enseignants et rappelle que :

- les directeurs et directrices d’école n’ont pas à assurer le suivi des résultats des tests car cela ne fait pas partie de leurs prérogatives ;
- le télé-enseignement n’existe pas et le travail à distance n’est pas statutaire et ne peut être imposé, que la totalité des élèves soit absente ou non ;
- le droit à la déconnexion existe et doit être respecté ;
- l’employeur a l’obligation de protection de ses agents (cette protection est d’ailleurs garantie par le statut !).