Catégories
Actualité nationale

Face au Grenelle « Blanquer », opposons les revendications !

Depuis la rentrée, le ministre J-M. Blanquer déroule dans le cadre du « Grenelle » son « agenda social ».

La « revalorisation » pour les enseignants rime avec provocation et tourne le dos à l’urgence d’un rattrapage des pertes liées au gel du point d’indice.

De plus, toutes les mesures qui sont évoquées (télétravail déréglementé, accompagnement PPCR, formation continue type « constellation », RH de proximité, loi Rilhac, fusion des corps d’inspection, réforme des concours…) s’articulent et avancent vers un objectif commun de remise en cause de nos statuts et du fonctionnement même de l’École publique.
Le ministre profite de la crise sanitaire pour tenter d’imposer le démantèlement des droits et garanties statutaires. Il amplifie le recours aux contrats précaires. Il renvoie systématiquement la gestion de la pénurie au plus petit échelon local, au nom de l’autonomie des établissements.

La FNEC FP-FO n’apporte aucune caution au marché de dupes que propose le ministre et maintient en toute indépendance la revendication d’augmentation générale des salaires maintenant : intégration des 49 points d’indices nets supplémentaires (+183€ comme les personnels hospitaliers), dans la grille de tous les personnels sans contrepartie, et ouverture immédiate de négociations en vue d’un rattrapage de la perte de pouvoir d’achat subie depuis 2000, soit 20% d’augmentation de la valeur du point d’indice. Elle revendique un plan de requalification massif des personnels de catégories C en B et de B en A.

La FNEC FP-FO n’acceptera aucune remise en cause de nos statuts.