Catégories
Actualité nationale

Après les annonces du Ministre, plus que jamais : tous en grève le 10 novembre !

Les déclarations d’intention de grève sont à déposer jusqu’à samedi minuit !

Le Ministre Blanquer annonce le réaménagement du protocole sanitaire et du baccalauréat. Il tend un piège aux personnels. Sous prétexte d’un protocole « renforcé », il indique : « chaque établissement aura son organisation propre », remettant en cause une fois de plus le caractère
national de l’Ecole.

En refusant de répondre aux revendications, le ministre cherche une fois de plus, à faire porter la responsabilité du chaos sur les seuls personnels.

Un BAC local, en contrôle continu

Le Ministre rend pérenne ce qui a été imposé pendant le premier confinement et accélère la destruction des diplômes. Notre revendication demeure : retour à des épreuves nationales, retrait de la réforme du BAC et de Parcoursup !

Le retour de « l’enseignement » à distance, et de la double-journée de travail

Le Ministre veut imposer la continuité pédagogique donc le télé-enseignement, qui n’est pas de l’enseignement, et qui conduit les personnels à travailler jour et nuit, dans des conditions insupportables. Il veut imposer la flexibilité totale des emplois du temps, des obligations
réglementaires de service.

Pour continuer à accueillir les élèves dans les classes dans des conditions sanitaires protectrices, il y a urgence à procéder au recrutement immédiat de personnels.

Depuis le 2 novembre, des milliers de personnels se regroupent en réunions syndicales, en AG, font grève. Partout, le ras-le-bol s’exprime face à des conditions de travail disloquées, face au refus du gouvernement de protéger les personnels et les élèves.

La revendication portée par les organisations FNEC-FP-FO, FSU, CGT, SNALC, SUD, SNCL-FAEN avec la FCPE, la FIDL et l’UNL est plus que jamais d’actualité : il faut le « recrutement immédiat des personnels par le recours aux listes complémentaires des concours » !

La FNEC FP-FO appelle les personnels à faire grève massivement le 10 novembre.
Elle les invite à poursuivre et amplifier les assemblées générales, à s’adresser aux parents d’élèves, aux lycéens, pour organiser la mobilisation et discuter collectivement, dès mardi 10 novembre, des suites à lui donner.