Catégories
Actualité départementale Instances départementales

Audience IA-DASEN avec les organisations syndicales sur la reprise du 22 juin : notre compte-rendu !

Valérie Bistos IA adjointe, Sébastien BERNARD secrétaire général et Jean-Baptiste Ladaique IENA prennent le relais du fonctionnement de la DSDEN en raison du départ de la DASEN Anne-Marie BAZZO au 15 juin 2020.

Nouvelle étape de la reprise des écoles en date du 22 juin pour une réouverture totale des écoles avec un protocole assoupli communiqué mercredi soir et mis à jour à plusieurs reprises. L’administration souhaite connaître les questions qui se posent dans les écoles.

FO : les équipes et les directeurs d’école sont dans un état de tension très important. Pour la troisième fois depuis le 11 mai et la fin du confinement, et pour la mise en place de ce troisième protocole, on observe une nouvelle cacophonie dans les injonctions faites aux personnels.

Le niveau de communication pose des questions importantes et l’absence de cadrage met également les IEN en difficulté qui prennent des initiatives locales qui ne sont pas réglementaires.

Notre organisation vous a appelée à maintes reprises à la prudence à chaque reprise et à chaque fois, le cadrage départemental a été absent.

OS : Est-ce le dernier protocole avant la fin de l’année scolaire ?

IA : on ne sait pas ! On peut l’espérer.

FO : les équipes sont épuisées sur le terrain par ces multiples protocoles qui ne servent désormais plus à rien puisque des règles de distanciation sont posées puis, dans le paragraphe suivant, elles sont appelées à ne pas être respectées !

IA : pas de réponse.

FO : Quel protocole appliquer pour les classes qui accueillent à la fois des maternelles et des élémentaires comme les GS/CP ou les classes uniques ?

IA : il y a un assouplissement général du protocole donc pas d’obligation. Nous appelons à beaucoup de souplesse. On distancie autant que possible mais dans la mesure du possible.

OS : quid des collègues vulnérables ? Comment le directeur ventile les élèves des maîtres non présents ? Les répartir ? Y aura-t-il des remplaçants ? Des problèmes d’étanchéité de groupes se posent clairement dans ces cas-là.

IA : les ressources sont mobilisées : moyens de remplacement. En cas de besoin, on répartit les élèves. On est attentifs aux petites écoles où le poids des absences peut être important. Si pas de remplaçant, il faut faire un nouveau groupe. La possibilité des groupes doit être travaillé à la journée !! Chaque jour, on doit revisiter la notion de groupe et pas à la semaine. Ce qu’il se passe en dehors de l’école contredit ce qu’il se passe à l’école.

OS : les structures périscolaires n’ont pas le nouveau protocole.

IA : pas de compétence sur ce point de la part de l’EN. Le protocole a été fixé avec les élus. Le protocole est un protocole EN et pas un protocole territorial.

Tous les enfants doivent être accueillis mais les directeurs ne sont pas responsables du périscolaire.

OS : concernant les PES, ils sont mis à disposition à 100% de leur école de rattachement. Peuvent-ils être envoyés dans d’autres écoles ? Quid des 5 j pour finaliser leurs travaux de l’INSPE ?

IA : les PES peuvent être amenés à exercer dans une autre école. Leur IEN leur adresse, dans ce cas, un ordre de mission. Il a été évoqué en conseil d’IEN cette possibilité des 5 jours. Les PES seront placés en autorisation d’absence ces jours-là. S’ils sont amenés à se déplacer dans d’autres écoles, ils toucheront des frais de déplacement.

OS : Sur Strasbourg, les groupes classes constitués par l’EN ne sont pas les mêmes dans le périscolaire surtout pendant le moment de restauration. Les groupes sont mélangés. Etanchéité à la journée n’est même pas respectée dans ce cas-là. Lorsqu’un collègue est absent, c’est un casse-tête pour les collègues.

IA : brassage des groupes entre scolaire et périscolaire. Pas de compétence sur le périscolaire. IA pas informée de ce qui se passe sur Strasbourg.

IA : il faut réfléchir à organiser les classes à l’extérieur pour faire respecter la distanciation.

FO : nous revenons sur la situation des personnels fragiles. Les procédures administratives sont très différentes d’une circonscription à une autre. Protocole après protocole, reprise après reprise, aucune leçon n’est tirée de votre part et les consignes incohérentes continuent d’être diffusées auprès des personnels.

IA : oui les pratiques différentes car les situations diffèrent d’une circo à l’autre.

Les personnes qui ont une personne fragile au sein du foyer ne sont plus concernées par le travail à distance. Ils reprennent le travail : ça concerne de nombreux enseignants dans le Bas-Rhin. Les enseignantes qui étaient dans le 3ème trimestre de grossesse et qui ont accouché : renouvellement de certificat médical.

Certaines circo sont fragilisées sur la continuité du secrétariat : dans ce cas-là, réactivation des certificats médicaux.

FO : nous avons bien compris la mise à jour par la fiche 3 DGRH mais nous regrettons la rigidité de certaines procédures tout à fait inutiles. Lorsque les certificats médicaux ne mentionnent aucune date de fin ou sont valables jusqu’aux congés d’été, il n’y a aucune raison de renvoyer les collègues chez leur médecin ! La souplesse, c’est aussi ça !

IA : pas de réponse !

OS : avec le périscolaire…le non brassage n’est pas applicable. Différence entre les règles Jeunesse et Sport et le cadre scolaire. Nécessité de l’augmentation des points sanitaires dans les écoles. Point soulevé en CHSCT.

IA : des efforts ont été faits pour équiper les sanitaires par les municipalités. On nous demande d’appliquer le protocole, on s’en tient là.

OS : concernant les personnes vulnérables, certaines circos demandent un arrêt maladie ce qui est tout à fait illégal. Ca ne fait pas partie du cadre réglementaire. Réponse attendue de l’IA.

IA : demande de placement en arrêt maladie : surprise de l’IA. La fiche 3 n’appelle pas en ce sens. Les certificats médicaux valent droit pour être placé en télétravail. Les arrêts maladie ne peuvent être demandés qu’à des collègues non vulnérables.

L’arrêt maladie n’est pas là pour constater un état de vulnérabilité type Fiche 3 DGRH.

Le certificat médical continue d’être valable dans la mesure où la circo possède ce certificat médical. Rigueur de certaines circos qui laisse à désirer. La volonté n’est pas de recréer une nouvelle usine à gaz médicale ! A bon entendeur…

OS : Sorties scolaires sans transport. Peuvent-elles être autorisées ? Quelles sont les règles concernant les accompagnateurs ?

IA : les sorties sont autorisées dans la mesure où le groupe classe est maintenu. Conseil de faire le plus simple possible même si le contexte sanitaire est en net amélioration.

FO :  où en est-on pour des moyens supplémentaires pour les directeurs ? Quant aux VMC mentionnées dans le protocole, qui va s’assurer de leur bon fonctionnement ? Personnes fragiles en télétravail – quels moyens matériels ?

IA : tout est fait pour pouvoir opérer les remplaçants mais le principe de réalité est là : nous manquons de moyens. Pas de réponse sur les autres points.

Décharges des directeurs : on n’est plus dans le même contexte ! Assouplissement du protocole qui lève des contraintes plus qu’il n’en rajoute. Temporalités différentes qu’à la reprise du 11 mai.

Comprendre : les directeurs ne sont pas tous déchargés contrairement à la promesse faite pendant le confinement par Mme Bazzo !

IA : vacances apprenantes. Le dispositif doit être déployé sur la base du volontariat pour permettre à des élèves fragilisés de poursuivre avec une dimension éducative et pas seulement scolaire. Partenariat nécessaire.  Les principaux de collèges sont en lien avec les directeurs sur ce point. Il y a de besoins réels pour certains enfants.

Colos apprenantes : nous passerons le relais sur ce point car il y a des nuitées et que le dispositif concerne plutôt la période mi juillet mi août.

FO : Certains points du protocole sont particulièrement inopportuns voire provocateurs pour les équipes. Dans le même message, les équipes ont reçu un protocole qui pose les règles de distanciation et qui limite les interactions entre les groupes d’élèves et permet en même temps l’organisation des kermesses d’écoles !

Vous croyez vraiment que c’est le moment de dire aux équipes d’écoles qu’il faut penser à commander les saucisses pour la fête de fin d’année ?? Les équipes et leurs directeurs ont clairement autre chose à faire par les temps qui courent !

Pour les affaires scolaires des élèves, de nombreux collègues s’interrogent. Doivent-elles être laissées à l’école ou pas ?

Enfin, vous avez encore beaucoup de travail à faire auprès de vos services qui confondent encore autorisation spéciale d’absence et autorisation de travailler à distance. Ce point est encore plus flagrant avec nos collègues AESH. Nous vous demandons d’intervenir pour régler ce point réglementaire rapidement.

IA : Nous sommes d’accord avec vous : nous intervenons depuis la crise sanitaire sur les positions administratives potentielles des enseignants et des AESH. Nous allons revoir ce point avec les services.

Concernant les affaires scolaires des élèves, la question n’est pas tranchée. Si les affaires scolaires reviennent, cela signifie qu’il faut travailler à la maison. Attention aux devoirs à la maison à l’école primaire. Si ça pose un problème de nettoyage, peut-être qu’il faut les garder à l’école. Le virus ne circule plus de manière aussi active qu’au début du confinement.

OS : on demande aux enseignants de remplir le LSU. Est-ce bien nécessaire ? Les Conseils d’écoles doivent-ils se réunir ?

IA : conseil d’IEN avec Mme Bazzo. On doit faire preuve de souplesse et de bienveillance concernant le LSU. Des enseignants souhaitent remplir le LSU. Il faut penser à la suite et à la rentrée de septembre mais il n’y a pas d’obligation sur le sujet. Ca, il va falloir le faire comprendre aux IEN !!!

OS : les directeurs et les enseignants sont épuisés et en colère. Ils ont été présents tout au long de cette crise sanitaire.

IA : pas de pression sur les vacances apprenantes. Nous savons l’état de fatigue des équipes d’écoles. Il faut éviter pour certains élèves une nouvelle coupure de 2 mois qui serait terrible pour leur scolarité.

Nous avons conscience de l’état de fatigue dans lequel se trouve tous les personnels de l’éducation. Si l’on vous reçoit aujourd’hui, c’est pour poursuivre le dialogue avec les représentants des personnels.

IA : nous vous invitons à une nouvelle réunion la semaine prochaine pour remonter les questions non résolues ce jour.