Catégories
Actualité départementale

Réunion syndicale du 8 mai : 35 collègues réunis par le SNUDI-FO adoptent une nouvelle motion

La décision du président de la République de rouvrir les écoles à partir du 11 mai sans que les conditions de sécurité ne soient réunies est irresponsable et aboutit à la mise en danger de la vie d’autrui.

Etant donné :
– Que l’ordre des médecins déclare que « déconfiner le milieu scolaire reviendrait à remettre le virus en circulation », que le conseil scientifique a émis un avis pour une reprise de l’école en septembre, que les médecins de l’hôpital Necker informe de la multiplication de cas d’enfants souffrant de la maladie de Kawasaki, en lien probable avec le COVID 19,
– Que ni le ministre ni la DASEN n’ont répondu aux avis des CHSCT ministériel et du CHSCT départemental exigeant un dépistage systématique des personnels et des élèves avant toute reprise
– Que la Directruce académique confirme que les enseignants ne disposeront pas de masques FFP2, les seuls à même de protéger efficacement,
– Qu’il est impossible de faire respecter les gestes barrières à de jeunes enfants et aux enfants à besoin particulier et en situation de handicap comme préconisé dans le document protocole sanitaire publié par le ministère,
– Qu’il est impossible de faire classe sans toucher les élèves et sans qu’ils se transmettent des objets en maternelle, sans corriger les cahiers des élèves en élémentaire,
– Que notre médecine de prévention est insignifiante,
– Que les AESH et les ATSEM seraient tout aussi exposés,

Nous considérons que les conditions de sécurité pour une reprise le 11 mai ne sont pas réunies. Nous n’acceptons pas de risquer notre santé voire notre vie pour des raisons économiques. Dans ces conditions, d’une façon ou d’une autre, nous ne pouvons pas reprendre le 11 mai.

Au moment où les IEN interrogent les écoles sur l’organisation du retour des élèves, nous indiquons que nous n’acceptons que les directeurs et les équipes puissent être tenus pour responsables de l’inefficacité de protocoles mis en place localement dans leurs écoles. C’est aux IEN, DASEN et recteurs de prendre leurs responsabilités. Ils n’ont pas à laisser leurs agents livrés à eux-mêmes dans la cadre d’un protocole inapplicable !

Le ministre est en difficulté. Preuve en est, après avoir annoncé l’ouverture des écoles le 11 mai, il indique que la rentrée s’effectuera en trois vagues, puis il annonce que l’école ne sera pas obligatoire, et enfin Edouard Philippe indique que le retour des classes de 4e et 3e serait conditionné à la situation sanitaire du pays après le 25 mai.

Il demande aux maires de décider eux-mêmes des conditions de la reprise mais nombre d’entre eux ont déjà fait savoir qu’ils ne rouvriront pas leurs écoles.
Nous pouvons parvenir à ce que le ministre renonce à son projet irresponsable !

Pour cela, nous invitons tous les collègues à se réunir en visio par école, par commune, par circonscription avec les parents d’élèves, les personnels territoriaux pour construire la résistance, et de s’adresser aux maires pour qu’ils refusent de rouvrir les écoles le 11.