Catégories
Actualité départementale

75 collègues réunis par le SNUDI-FO en visioconférence adoptent une motion à propos de la reprise du 11 mai !

La décision du président de la République de rouvrir les écoles à partir du 11 mai sans que les conditions de sécurité ne soient réunies est irresponsable et aboutit à la mise en danger de la vie des élèves, des enseignants, des AESH, des personnels territoriaux, des familles et, plus généralement, de toute la population. 

Le plus grand flou est toujours de mise sur la réalité et la nature des moyens de protection sanitaire dont nous disposerons : un jour, le port du masque est obligatoire, un autre il ne l’est plus. Quant aux tests, on en parle plus ! Nous n’avons d’ailleurs toujours aucune réponse au vœu adopté lors du CHSCTM et CHSCTD.

Considérant :

–         Que le conseil de l’ordre des médecins déclare que « déconfiner le milieu scolaire reviendrait à remettre le virus en circulation » et que le conseil scientifique s’est prononcé pour une reprise en septembre.

–         Que le ministre n’a pas répondu à l’avis du CHSCT ministériel exigeant un dépistage systématique des personnels et des élèves avant toute reprise.

–         Que le ministre refuse de répondre à la demande de mise à disposition des personnels de masques FFP2, les seuls à même de les protéger efficacement selon le code du travail.

–        Qu’il est impossible de faire respecter les gestes barrières à de jeunes enfants comme il est impossible de faire classe sans toucher les élèves et sans qu’ils se transmettent des objets en maternelle, sans corriger les cahiers des élèves en élémentaire.

–       Que nous pourrions être jusqu’à 15 en classe et plusieurs centaines dans des écoles ou établissements alors que les regroupements de plus de 10 personnes sont interdits.

–     Que notre hiérarchie est en train d’organiser la reprise avec les collectivités locales et désengage sa responsabilité en nous demandant de définir nous-mêmes les conditions d’accueil qui seraient différentes d’une école à l’autre.

–         Que notre médecine de prévention est quasi inexistante

Nous considérons que les conditions de sécurité pour une reprise le 11 mai ne sont pas réunies.

Nous n’accepterons pas de risquer notre santé voire notre vie et d’être complices de la propagation du virus pour des raisons strictement économiques.

La question d’utiliser notre droit de retrait est donc posée et réglementairement justifiée.