Catégories
Non classé

Carte scolaire : la seule façon de « changer de logiciel », c’est l’augmentation immédiate et significative du nombre de postes !

Alors que la crise sanitaire se développe dans le pays, le ministère continue néanmoins d’effectuer ses basses besognes.
Les comités techniques départementaux et académiques prévus pour mettre en place les suppressions de postes décidées par le ministère sont en effet convoqués, en visio-conférence dans le meilleur des cas, au mois de mars ou au mois d’avril.

Le prochain CTSD devrait se réunir avant les congés mais, pour le moment, aucune nouvelle à l’horizon ! Le CTA aura lieu ce jeudi 26 mars, quant au CTSD…

Notre enquête Carte scolaire est disponible en téléchargement sur le lien ci-dessous.


Comment, alors que les écoles et les établissements sont fermés pour les élèves et alors que la plupart des personnels sont confinés, les organisations syndicales pourraient-elles jouer leur rôle c’est-à-dire se déplacer dans les écoles, les établissements et les services, contacter les personnels, recueillir des dossiers et les défendre ? Comment des débats contradictoires pourraient-ils avoir lieu dans le cadre de la visio-conférence ?


Par ailleurs, ces comités techniques devraient se tenir alors que les dotations en postes pour la rentrée 2020 sont inacceptables pour les enseignants, les administratifs, les PsyEN, les CPE, les personnels de direction, les assistantes sociales, les infirmières, les médecins de l’Education nationale…


Ces comités techniques seraient ainsi placés sous le sceau de l’austérité et des fermetures de postes.


Côté jardin, le ministère se félicite de la mobilisation des personnels pour accueillir les enfants de soignants – sans aucun matériel de protection soit dit en passant – et pour assurer la continuité pédagogique. Côté jardin, il continue son entreprise de liquidation de l’école publique et de remise en cause conditions de travail des
personnels. Inacceptable !


Pour la FNEC FP-FO, les comités techniques ne peuvent se tenir dans une telle situation.


Le Président de la République indique que, dans le contexte actuel, il nous fallait «changer de logiciel». Pour la FNEC-FP-FO, la seule façon de «changer de logiciel» dans l’Education nationale c’est l’augmentation immédiate et significative du nombre de postes ! Le plus court chemin pour sortir de la crise, c’est de répondre aux
revendications des personnels.


La FNEC-FP FO s’adresse au ministre en ce sens.
La FNEC-FP FO exige toujours du ministre :
– qu’il annule toutes les suppressions de postes et fermetures de classes programmées
– qu’il fournisse en urgence aux enseignants volontaires pour accueillir des enfants de soignants des masques de protection, de gants, de gel hydro-alcoolique…
– qu’il renonce à inciter les familles et les enseignants à se rendre dans les écoles pour échanger des documents pédagogiques, au mépris de toutes les règles de sécurité.