Catégories
Actualité nationale

L’Université et la recherche s’arrêtent à partir du 5 mars !

Pour la défense du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) Pour défendre nos statuts, nos conditions de travail et
pour des rémunérations à la hauteur !

Selon madame Frédérique Vidal, notre ministre, les personnels de l’ESR propageraient de « fausses nouvelles » sur le contenu de la Loi de Programmation Pluriannelle de la Recherche en préparation (LPPR).


Dans une tribune publiée dans Le Monde, lundi 10 février 2020, elle en appelle à « un débat à la hauteur des enjeux » ! Mais comment débattre avec des personnes qui ne vous écoutent pas ? N’avons-nous pas
exprimé nos revendications par de multiples canaux depuis de longs mois ? Et ces revendications ne sont elles pas justement à la hauteur des enjeux ? Comment débattre avec un gouvernement qui ne répond aux revendications que par la répression, dans la rue, dans les universités et jusque dans l’enceinte même des lycées ?


Quant au fond et au cadre de la LPPR, les préconisations issues des 3 groupes de travail constitués par le ministère sont claires : elles prônent les recrutements précaires, des augmentations de budget considérables pour l’ANR, mais pas de crédits pour le soutien de base des laboratoires ! Toutes les mesures sont préconisées sous couvert d’excellence.

Citons une des mesures les plus dévastatrices de ce projet de loi :

  • le recours accru au recrutement de contractuel-le-s, à tous les niveaux. La précarité sera encore aggravée particulièrement avec la création du contrat de projet, contrat non transformable en CDI qui n’offre aucune garantie et peut être rompu à tout moment au bon vouloir de l’employeur ;
  • un contrat qui instaure de fait la précarité à vie, car cette précarité est déjà présente tout au long des études avec des montants de bourses trop faibles, des loyers en cité U trop élevés, un manque de personnel de santé au CROUS. En s’attaquant au statut de la fonction publique et à l’égalité d’accès aux emplois publics, ce projet de loi menace les garanties fondamentales de neutralité, de continuité, de compétence et d’indépendance nécessaires à un service public de qualité accessible à toutes et tous sur l’ensemble du territoire.

Ces attaques contre les statuts vont de pair avec les lois de transformation de l’action publique et de casse des systèmes de retraites. Le gouvernement lui-même fait le lien, en écrivant que la LPPR compensera les baisses de nos pensions de retraite, ce que le Conseil d’État a d’ailleurs « retoqué ». En admettant possible ce principe de « vase communiquant », le montant des financements envisagés pour les mesures salariales de la LPPR est ridicule par rapport au montant que l’État compte économiser par la baisse de la « cotisation » employeur de financement des retraites des fonctionnaires !

Pas étonnant, donc, que les revalorisations annoncées soient ridicules, concernent le régime indemnitaire (les primes), ou ne partent pas de la situation actuelle (cas du salaire des jeunes chercheurs et enseignants-chercheurs à l’embauche).