Catégories
Actualité nationale

FO interpelle le Ministre sur la repression envers les opposants à la mise en place des E3C !

Comme seule réponse face à la mobilisation contre les E3C, le gouvernement et le ministre Blanquer, en difficulté, s’engage dans une logique de répression tous azimuts s’apparentant à une fuite en avant irresponsable envers les syndicalistes, les manifestants, les enseignants, les lycéens.

Lire ci-dessous le courrier de la FNEC-FP FO au ministre et le communiqué intersyndical.

E3C Blanquer : nous refusons de jouer le rôle de pompiers syndicaux !

Les E3C, caricatures d’examen dont les sujets et les corrigés sont accessibles sur les réseaux sociaux, suscitent le rejet des enseignants, des lycéens et des parents dans tout le pays. Face à ce refus, le gouvernement s’est engagé dans la voie de la répression : interventions policières, lycéens enfermés, convocations au commissariat, menaces de sanctions disciplinaires pour les professeurs, de zéro à l’examen pour les candidats, lycéens mis en garde à vue au mépris de toute légalité comme au Lycée Maurice Ravel de Paris ce weekend. https://www.facebook.com/Snfolc-Strasbourg-201123447502643/

Dans l’académie de Strasbourg, les enseignants des lycées Fustel de Coulanges de Strasbourg, Scheurer-Kestner de Thann, Marc Bloch de Bischheim ont fait grève les jours de surveillance. Dans d’autres établissements des lettres à la Rectrice ont été adoptées, les parents ont été informés. Quels que soient les modes d’action décidés, l’opposition est générale. Le vendredi 31 janvier, la Rectrice a invité les organisations syndicales représentées au Comité technique académique. Etaient présents : FO, la FSU, la CFDT et l’UNSA.

A cette réunion, le SNFOLC a réaffirmé à la Rectrice son exigence de l’annulation des E3C et du retour à l’examen national anonyme. La pétition des enseignants du lycée Maurois de Bischwiller lui a été remise. Lors du débat qui a suivi, la Rectrice s’est déclarée ouverte à des aménagements du temps de travail des professeurs correcteurs et à la mise en place de plages de concertation. Ces concessions mineures ne peuvent pas nous satisfaire. Ce n’est pas la revendication des enseignants et nous refusons de tenir le rôle de pompiers syndicaux !

Rassemblements, pétitions, grève des surveillances et des corrections, etc… Le SNFOLC soutiendra toutes les mobilisations et initiatives décidées en assemblées générales par les professeurs et vous apportera toute l’aide dont vous pourriez avoir besoin. Pensez aussi à nous faire remonter toutes les actions qui ont lieu dans vos établissements : nous les transmettons au Snfolc national, qui fait le point tous les jours sur l’état de la mobilisation.