Catégories
Instances nationales

Groupe de travail ministériel du 23 janvier : Obligations de service et « missions » des enseignants, des pistes de travail inquiétantes dans le cadre de la prétendue « revalorisation » !

Dans le cadre de la « revalorisation » annoncée par le ministre Blanquer, le SNUDI-FO a participé jeudi 23 janvier au groupe de travail ministériel relatif à « l’examen des missions des enseignants prévues par les textes (décret du 30 juillet 2008), dans le but d’objectiver les missions visibles et invisibles, notamment en matière de suivis individualisés des élèves, de la relation aux familles et de la continuité du service public. ».
La FNEC-FP FO avait, en vain, demandé le report de cette réunion.

Pour le SNUDI-FO, cette « revalorisation » n’est qu’un jeu de dupes. Le Conseil d’Etat vient d’ailleurs d’émettre un avis négatif sur le projet ministériel : « Sauf à être regardées, par leur imprécision, comme dépourvues de toute valeur normative, ces dispositions constituent une injonction au Gouvernement de déposer un projet de loi et sont ainsi contraires à la Constitution ».

Dès le début de la réunion, et alors que la grève se poursuit depuis le 5 décembre, le SNUDI-FO a réaffirmé ses exigences :
 de retrait du projet de réforme des retraites
 d’arrêt des menaces, intimidations, sanctions ou répression vis-à-vis des personnels
 d’augmentation de 18% de la valeur du point d’indice
 de déconnexion de toute discussion ou négociation salariale de la réforme des retraites.

Lors de la réunion, les représentants du ministre ont abordé plusieurs thèmes, en commençant par interroger les organisations syndicales sur les pistes « d’améliorations pédagogiques » qui pouvaient être proposées.

Le SNUDI-FO a rappelé ses revendications, à savoir le respect de la liberté pédagogique et du caractère facultatif des évaluations CP/CE1, le rétablissement d’une formation sur temps de classe, la diminution du nombre d’élèves par classes, le respect de toutes les notifications MDPH (et donc l’ouverture de postes pour permettre à certains élèves d’être scolarisés en ULIS, en IME, en ITEP), la suppression des PIAL qui diminuent les heures d’accompagnement aux élèves ayant une aide mutualisée…