Catégories
Actualité Actualité nationale

Audience FO/Nathalie Elimas pour l’éducation prioritaire : notre compte-rendu !

Contrats Locaux d’accompagnement (CLA)

Mme la ministre Elimas : Je rappelle que le dispositif CLA ne remet pas en cause le budget de l’Education Prioritaire et vient « en plus ».

La carte des REP et REP + restera inchangée.

Des mesures RH ont été prises pour les personnels qui exercent en CLA : extension du vivier 1 de la hors classe, bonification pour les mutations, IMP supplémentaires (indemnités pour missions particulières)

Cette expérimentation sera évaluée. L’inspection générale doit établir des critères et une grille d’évaluation. Les évaluations s’effectueront à la mi-juin 2022. Rien ne sera décidé avant car une expérimentation doit être évaluée.

FNEC FP-FO : Les mesures RH s’effectuent à moyen constant donc, de fait, au détriment des autres collègues.

Nous prenons acte de vos annonces de maintien de la carte de l’Education prioritaire mais l’inquiétude des personnels exerçant en REP reste vive. Pourquoi ne pas communiquer clairement pour les rassurer ?

Nous réaffirmons notre revendication d’élargissement de la carte de l’Education prioritaire, en particulier pour les lycées, revendication à laquelle votre expérimentation ne répond pas.

Nous constatons aussi que l’expérimentation s’étend aux établissements privés sous contrat, ce qui constitue une première.

La Ministre : Cette extension se fait avec le budget propre à l’enseignement privé. [Qui est en augmentation constante depuis des années.]

Cités éducatives/Territoires Educatifs ruraux (TER)

La Ministre : Nous préparons une 3ème vague de cités éducatives : 200 sont prévues. Il nous reste 94 cités éducatives à labelliser.

Nous allons aussi déployer les TER qui sont, comme les cités éducatives, des alliances éducatives avec un rayonnement sur le territoire.

Pour le moment les TER sont expérimentés sur 3 académies (Amiens, Normandie, Nancy-Metz) avec 24 TER.

Nous voulons élargir et mettre en place dans d’autres académies : Besançon (6 TER), Dijon (5), Limoges (3), Clermont (4), Rennes (3), Toulouse (10), Bordeaux (7), Nancy-Metz (+3).

L’académie de Strasbourg n’est pas concernée pour le moment.

FNEC FP-FO : La position de notre fédération est connue. Nous sommes opposés à ces dispositifs de territorialisation, contradictoires avec le cadre national de l’Ecole auquel nous sommes viscéralement attachés.

Quel bénéfice les personnels retirent-ils de ces dispositifs ? Car on voit bien la charge de travail supplémentaire que cela implique, en particulier pour les personnels de direction, mais qu’en est-il des aspects de rémunérations ? Est-ce comme pour les PIAL où il s’agit d’une charge de travail supplémentaire qui s’impose sans contrepartie ?

La Ministre : Il y a des budgets supplémentaires, des moyens notamment en crédits pédagogiques et éducatifs. Rien n’est effectivement prévu concernant la rémunération. Nous avons également des retours du pilotage qui constate que, pour les chefs d’établissement en particulier, c’est beaucoup de temps et de travail, parfois au détriment d’autres missions. Ces dispositifs peuvent encore évoluer.

Petits déjeuners à l’Ecole

La Ministre : Je souhaite remettre en place le dispositif de petit déjeuner gratuit dans les écoles notamment en REP et REP +. C’est une dynamique pour améliorer le climat scolaire. Les élus pourront s’en saisir.

FNEC FP-FO : Sur quel temps se mettra en place ce dispositif ? S’il s’agit du temps scolaire, nous demandons le respect de la liberté pédagogique des enseignants qui peuvent considérer que ce temps peut revêtir un intérêt pédagogique ou non, ou que cela relève de leurs missions ou non. Nous n’accepterons aucune pression des collectivités, y compris soutenues par les autorités de l’Education nationale, pour mettre en place de manière forcée ce dispositif sur temps scolaire.

Mme la ministre Elimas : Le temps privilégié sera le temps périscolaire mais nous n’écartons rien. La plus grande souplesse sera de mise donc rien ne sera imposé.